Loading...

 

Carnet de
Vigne

_

 

Hiver 2017 / 18

Vigneto Altura
Italie

 

 

La cave Ô Vins d'Anges est heureuse de proposer les vins du vigneron Francesco CARFAGNA

Nous sommes allés à sa rencontre.

 

Un homme, une île, des vins : une combinaison magique pour un vrai coup de foudre. L'un ne va pas sans les autres, et goûter ces vins sans en connaître le contexte n'a aucun sens. Francesco Carfagna est un doux illuminé sous le charme duquel il est difficile de ne pas tomber tellement l'intensité du rêve est palpable dans ses yeux.

 

Au commencement était un enfant de huit ans qui passait des vacances sur l'île de Giglio, un peu au large de la Toscane, au sud de l'île d'Elbe. Intensité de la lumière ? Beauté du paysage ? Le choc émotionnel fut tel qu'il y revint fréquemment et que vingt-six années plus tard il démissionna de son poste de professeur pour s'y installer définitivement dans le milieu des années 1980. Un an après, il y rencontre Gabriela avec laquelle il va vivre l'aventure Giglio. Longtemps à la tête d'un restaurant spécialisé dans les poissons et apprécié sur l'île, il décide en 1999 de sauver un patrimoine viticole exceptionnel.

Giglio est une petite île de granite, au sud de Grosseto, sur laquelle subsistent des vignes en terrasses, face à la mer, au vent et au soleil. L'ansonaco, cépage blanc de la côte et des îles, y donne des vins de caractère, mais au prix d'un travail de forçat dans des parcelles parfois isolées dans le maquis du bout de l'île. La nouvelle génération étant partie, seuls quelques vignerons vieillissants maintiennent ce patrimoine.

 

Il faut s'imaginer ces coteaux pentus plongeant dans la mer et supportant une succession de terrasses étroites façonnées en blocs de pierres sèches par des générations de paysans. Profitant d'une maigre terre sableuse, les vignes y subsistent, conduites en provignage selon une méthode séculaire qui permet à une vigne mère de donner plusieurs filles à partir d'un long sarment couché et enterré dans une petite fosse horizontale. Contempler ce paysage minéral façonné au fil des siècles, d'où émergent quelques rangs de ceps malingres tentant de donner des fruits dans ce milieu aride battu par les vents, est un spectacle à couper le souffle.

 

Bien intégré dans la population locale grâce à son restaurant, Francesco voit les vignerons, gagnés par l'âge, abandonner leurs parcelles, et d'abord les plus éloignées et les plus sauvages. Remonte alors le souvenir des vins que son père produisait dans le petit domaine familial de la région de Molise (côte adriatique à hauteur de Rome), une petite production très appréciée par les gens du cru. Francesco en était fier, et il aidait son père pour les vendanges et la vinification. Son père faisait des vins simplement avec de bons raisins et juste un peu de soufre lorsqu'il en fallait. En 1999, Francesco rachète une parcelle de 4 ha, tout au bout de l'île, et se lance dans un travail de titan pour remettre en état ce magnifique endroit abandonné. On le traite de fou, mais il replante la vigne avec de l'ansonaco pour son blanc et une multitude d'autres cépages rouges et blancs (pas loin d'une vingtaine) pour élaborer un rouge répondant à un document du 16e siècle dont il a retrouvé la trace, mais aussi en souvenir du vin qu'élaborait son père, également à partir de différents types de raisins. Le rouge porte d'ailleurs le prénom de son père : Saverio.

 

Chaque année, lorsqu'ils le peuvent, Mattia et Irénée, les enfants, participent aux vendanges et à l'élaboration du vin. Comme autrefois Fran cesco avec son père, ils apprennent la manière de faire le vin et ont demandé à leurs parents de tenir encore quelques années le cap de leur projet fou mais fatigant. Reprendront-ils ensuite ?

Comme évoqué plus haut, les vins du domaine ne doivent pas être abordés sous l'angle de la dégustation pure. Ce sont des vins chargés d'une énergie enthousiaste, composée de soleil et de vents marins, et c'est de cet aspect-là qu'il faut se régaler. Les dégustateurs chevronnés capables de déceler le moindre microgramme de molécules irrégulières, doivent laisser leur compétence au vestiaire faute de ne pas profiter de l'extraordinaires vitalité et complexité que possèdent les vins du domaine, notamment le blanc, qu'on n'hésitera pas à carafer avant de le boire. Quelques bouteilles un peu anciennes dégustées, pardon, bues goulûment au domaine, ont prouvé que blancs comme rouges peuvent vieillir une dizaine d'années, comme ces Ansonaco 2006 et 2003 qui n'avaient rien perdu de leurs attraits. Une rencontre inoubliable !

 

Ses vins

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez déguster avec modération. |  Tous droits réservés © Ô Vins d'Anges.  | Mentions Légales

 

Contact

 

info@ovinsdanges.fr

+33 (0) 9 51 88 20 99

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, sachez déguster avec modération.
Tous droits réservés © Ô Vins d'Anges.  | Mentions Légales